VOLUMEVISUEL_TITRE_PETIT volume visuel PRODUCTION_GENERAL

Mémoires vives

MEMOIRES_VIVES_02

Catalogue de l’exposition « Mémoires vives. Une histoire de l’art aborigène », musée d’Aquitaine, Bordeaux (octobre 2013 – 30 mars 2014). L’art aborigène, dans sa durée, est sans doute l’un des plus anciens au monde. Il s’inscrit sur les parois rocheuses bien avant Lascaux ou Altamira et se perpétue et se transforme jusque dans les créations les plus contemporaines. C’est cette vision du monde et sa surprenante modernité que l’exposition évoque. Les Aborigènes australiens si longtemps rejetés, perçus comme des  errants, sans terres et sans biens, sont en vérité porteurs d’une profonde richesse spirituelle. Leur perception de la nature et la complexité des connexions qu’ils établissent avec le monde trouvent des résonnances dans les questionnements les plus actuels qu’il s’agisse d’écologie, de relecture du passé colonial ou de globalisation.

Structure

MEMOIRES_VIVES_03

MEMOIRES_VIVES_04

MEMOIRES_VIVES_05

 

Contenu

MEMOIRES_VIVES_07

MEMOIRES_VIVES_08

MEMOIRES_VIVES_10

MEMOIRES_VIVES_15

MEMOIRES_VIVES_09

MEMOIRES_VIVES_13

MEMOIRES_VIVES_12

 

Couvertures alternatives

MEMOIRES_VIVES_18MEMOIRES_VIVES_17MEMOIRES_VIVES_19

 

Recherches

Projet refusé par le musée d’Aquitaine pour une trop grande manipulation des œuvres et un usage excessif  des motifs aborigènes, culturellement contraire aux usages habituellement admis dans le cadre d’une communication d’exposition d’art aborigène.

MEMOIRES_VIVES_30MEMOIRES_VIVES_36 MEMOIRES_VIVES_23MEMOIRES_VIVES_29MEMOIRES_VIVES_35MEMOIRES_VIVES_26

 

Détails des recherches

Détails du principe de superposition des œuvres anciennes et contemporaines faisant échos au principe fondateur de l’exposition, le dialogue entre art ancestral et art contemporain aborigène et le choc esthétique qu’il engendre.

MEMOIRES_VIVES_33

MEMOIRES_VIVES_31

MEMOIRES_VIVES_32

 

×